Séquence de Nathalie Polissadoff : LNF

Voici un techno-thriller sur une manipulation mentale au niveau planétaire, une théorie du complot à échelle mondiale.

Après la lecture du résumé, je m’attendais à devoir m’accrocher pour comprendre les explications scientifiques, mais pas du tout. J’irai même au-delà, l’auteure n’a pas vraiment chercher à étayer son récit de vraies théories scientifiques. Elle se contente d’exposer son idée à elle sans vouloir convaincre le lecteur que  ça pourrait être vrai. Je suis bien consciente qu’il s’agit de Science-Fiction, mais pour ma part, je pense que quand on touche à ce genre, il est nécessaire de présenter un certain réalisme au lecteur et donc, de faire des recherches sur les diverses théories scientifiques qui existent, qui vont pouvoir amener le lecteur à penser en refermant le livre : « Et pourquoi pas ?! » L’histoire reste donc très en surface et on n’a pas envie d’y croire.

Pour les personnages, j’ai également eu cette même sensation de travail pas encore abouti. L’auteure présente son personnage principal qui a cette particularité de se rappeler de certains évènements que personne d’autre ne se souvient. Il aurait été intéressant de développer ce passage, comprendre le mal-être de Lise depuis des années, apprendre à la connaître pour comprendre les décisions qui vont être les siennes par la suite. Mais non ! En quelques pages, c’est plié ! Lise se rappelle, pas les autres, c’est bizarre mais c’est comme ça… De même lorsqu’elle rencontre ce petit groupe de résistants : on lui explique ce qu’il se passe, elle l’accepte sans vraiment poser de questions et passe directement à son premier acte de résistance, qui est loin d’être anodin.

Tout est beaucoup trop brutal dans la façon d’exposer les éléments de l’histoire. J’aurais aimé prendre plus de temps pour rencontrer les personnages, faire durer le suspense du début, avoir le temps de se poser des questions et d’échafauder des théories.

L’accroche n’étant pas vraiment réussie, toute la deuxième partie n’a plus vraiment d’intérêt. Les fondations sont trop légères pour nous emporter dans le combat des résistants.

 

Malgré tous ces défauts, c’est un livre qui se lit bien et vite. Il n’est pas vraiment bon, mais il n’est pas mauvais non plus. Il s’oubliera malheureusement rapidement. Je préfère le considérer comme un livre non fini et je souhaite encourager l’auteur à développer un peu plus son texte et son idée de départ.

Auteur de l’article : Ciena

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.