La mort n’existe pas de Damien ELEONORI : Aimez-vous les jeux de rôles ?

Comme le savent déjà pas mal de lecteurs, je suis le genre de personne à « me prendre la tête » surtout lorsqu’il s’agit de questions métaphysiques ou spirituelles. Ce qui m’amène, d’ailleurs souvent à poser des questions étranges auxquelles mon entourage ne répond plus tellement il est habitué à mes bizarreries.

Dernièrement donc, après avoir lu un article sur le fait que les jeux vidéos seraient bientôt tellement réalistes qu’on ne pourrait plus faire la différence entre eux et la réalité, je me suis posé la question suivante : et si nous étions déjà dans un jeu de rôle joué par notre « moi » réel ?

Vous dire comme ça cogite dur des fois.

Forcément, donc, lorsque j’ai reçu un roman avec le titre « La mort n’existe pas », je me suis précipité dessus.

Pour être honnête si je n’étais pas, justement, très « prise de tête », je n’aurais pas terminé le livre. Non pas que l’écriture soit mauvaise, loin de là, elle est excellente et le rythme en fait un page-turner très efficace.

Cependant, l’histoire des différents personnages, emberlificotée au point qu’on est obligé de relire certaines pages pour être sûr qu’on a bien tout suivi, et, surtout, cette histoire d’anges, ont bien failli me perdre en chemin.

Seulement, il faut bien le dire, la façon d’écrire de Damien ELEONORI a quelque chose d’hypnotisant. On ne comprend pas. On aimerait comprendre. On poursuit en râlant parce qu’on n’a pas le choix et quand on arrive à la fin on s’aperçoit que l’auteur nous a tout simplement baladé.

En réalité, Damien a réussi le tour de maître de nous faire carrément endosser l’identité du personnage principal et de tout ressentir comme si nous étions lui : doutes et vertiges hypnotiques compris.

Vous aimez les jeux de rôles ? Vous allez être gâtés mais seulement si vous acceptez de jouer le jeu car n’est qu’à la fin du livre qu’on comprend à quel point on a été, pour notre plus grand bonheur, manipulé.

Je n’ai d’ailleurs pas pu m’empêcher de rire lorsque j’ai lu la page 313 dans laquelle, un infirmier nous fait part de son opinion, qui aurait pu être un copié-collé de celle que j’ai eue pendant une partie importante du livre. Bref, depuis le début, l’auteur savait exactement où il nous emmenait et ce que nous en penserions. Pire, il s’en est servi pour nous raconter une des plus jolies histoires sur l’humanité qu’il m’a été donné de lire.

La fin du monde a-t-elle déjà eu lieu ? Et si oui dans lequel sommes-nous ? Pour le savoir, je ne saurais que largement vous conseiller de vous laisser hypnotiser par ce livre oh combien passionnant, dérangeant et diaboliquement bien ficelé.

 

Auteur de l’article : Ciena

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.